18 juin 2005

L'autre ... (1991)

4484

L’autre … est finalement sans doute l’album le plus noir, car le plus fermé sur lui-même, malgré le titre qui laissait présager une ouverture sur le monde … Contre toute attente, la tournée triomphante que fut celle de 1989 a totalement isolée Mylène dans une névrose déconcertante …

Les thèmes restent donc finalement les mêmes, mais ils ne sont même plus assumés par Mylène qui les transpose donc sur cet « autre » qui semble cependant bien n’être qu’un double d’elle-même … Les chansons sont dans cet album parmi les plus violentes de son répertoire … Elle a pris conscience qu’il n’y avait finalement pas d’autre issue que de vivre dans ce monde (« Il n’y a pas d’ailleurs », toujours adressé à cet autre mais elle note cependant que « Tu sais que ta vie c’est la mienne aussi » … étrange !) … Elle va donc réfléchir sur le monde auquel elle est condamnée et qu’elle condamne ainsi : la religion tout d’abord avec le violent « Agnus dei » qui reprend et blasphème une prière chrétienne tout en s’insurgeant des différents sacrements de cette religion qu’elle remanie à sa façon … « Psychiatric » aussi est une chanson particulièrement violente ou virulente, parsemée de cris d’une personne enfermée dans un asile psychiatrique, où elle scande ensuite « It’s easy this time to loose my mind » … C’est sa seule phrase de la chanson ! Une phrase brute, nette, qui arrive ainsi et qui ne cherche aucune solution, ni même aucune alternative ! Cet album est donc justement caractérisé par sa non recherche d’un mieux-être … « Ainsi soit-je … » le propulsait à une autre époque, « L’autre … » lui le laisse au présent, comme le confirme « Désenchantée », mais il n’en est pas moins désabusé !

D’ailleurs, certaines chansons sont pour moi, lorsque je les découvris, d’une violence si extrême qu’il fallait absolument que je les arrête (pensée pour « Psychiatric » et « Agnus Dei »). L’alliance Farmer/Boutonnat peut, par sa force, faire basculer à n’importe quel moment vers un état très instable … Ce voyage dans tout cet univers est donc riche mais peut aussi s’avérer périlleux … Et que dire ainsi de « Nous souviendrons nous » … Un texte désabusé qui trouve son écho en chacune des plus petites parcelles de notre conscience … « Beyond my control », lui, nous montre les excès de l’amour passionnel à son paroxysme … Le délicieux « Regrets » se languit d’un amour mort ou déçu … Les hommes aussi y prennent leur compte avec « Pas de doute » …

Le grand tournant que prit cet album vient plus de Laurent que de Mylène, avec un son clairement voulu variété, contrairement au son classieux d’ « Ainsi soit-je … » … Ce dernier pouvait être considéré comme un album gothique, « L’autre … » ne peut plus l’être, ce qui déstabilisa bon nombre de fans de la première heure … Mais c’était pourtant bien loin d’un autre tournant qui allait avoir lieu, avec le prochain album …

Posté par Juke Box à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'autre ... (1991)

Nouveau commentaire