24 février 2005

Innamoramento (1999)

Cet opus semble être l’album de la maturité … L’amour dans tous ces états : quel vaste sujet auquel elle consacre cet album … ! Mêlant l’apaisement d’Anamorphosée aux tourments des précédents albums, celui-ci est parfaitement calibré et la poésie est présente durant toute l’écoute, de L’amour naissant et son violent et inquiétant orage à Mylènium, mystique instrumental mélangeant les chœurs africains aux musiques tribales …

C’est selon moi avec cet album qu’elle est devenue la poète que j’aime … C’est d’ailleurs principalement avec ces titres que je l’ai découverte … pour ne plus jamais la quitter ! On retrouve les différentes références littéraires qui font de cet album un véritable labyrinthe …

Il est étonnant de remarquer que chaque fois que l’on s’enfonce un peu plus dans son univers, l’on découvre d’autres œuvres foisonnantes (Primo Lévi, Egon Schiele, Emily Dickinson, Alberoni pour ne citer qu’eux ...). Au risque de manquer de souffle, on replonge à chaque fois de nouveau mais tous ces univers périphériques enrichissent et permettent de faire respirer tous ces mondes parallèles afin de leur procurer une fraîcheur toujours intacte …

En effet, sous son apparence poétique, douce et légère, les textes de Mylène cachent une puissance incroyable, comme un souffle qui parviendrait à vous isoler sur un fil tendu et instable, qui vous isole du monde environnant et sur lequel ses respirations et ses mots produisent un vent qui pourrait à tout moment vous faire tomber, et peut-être d’un mauvais côté … Car il y a aussi tout une dimension psychédélique dans cet envoûtant univers Farmer, à condition de ne pas s’arrêter au pourpre velours qui recouvre chacune de ses œuvres ...

On retrouve ainsi derrière le posée de cet album toujours les mêmes thèmes, avec donc la sexualité (« L’Âme-Stram-Gram »), les tourments de « Pas le temps de vivre », « Serais-tu là », « Et si vieillir m’était conté » ; le monde de l’enfance avec « Dessine-moi un mouton » du Petit Prince, mais aussi des révélations comme dans « Optimistique-moi » et de superbes textes (et musiques, n’oublions pas Laurent !) tels « Je te rends ton amour » ou « Consentement » … On retrouve également la spiritualité retrouvée par « Anamorphosée » dans « Méfie-toi », avec ses nombreuses allusions bouddhistes …

Cet album marque donc un clair retour aux sources, mais sans pour autant replonger dans ses idées les plus noires … Mylène s’est ouvert mais n’a pas ainsi découvert QUE la sérénité … Elle a  découvert de nouveaux auteurs, elle a beaucoup voyagé aussi … Cet album est donc finalement un peu comme un carnet de voyages au sein de son univers … Allant et venant d’un pôle à l’autre, positif, puis négatif, s’inversant incessamment et créant ainsi les joyaux les plus purs par leur caractère unique et inimitable …

Posté par Juke Box à 12:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Innamoramento (1999)

Nouveau commentaire